PROFIL DE L'ARTISTE

Charles Gautier / profil

Mon travail pourrait être défini comme une réflexion contemporaine sur le concept très singulier que j’ai nommé Transbiographie.

À l’origine de mes projets, se trouve un questionnement radical sur notre rapport au monde. J’ai toujours eu l’ambition de vouloir enregistrer mes expériences personnelles et être témoin de celles vécues par les autres. Prenant en compte la transversalité des destinées d’individus et la mettant en abîme avec ma propre biographie. En ce sens, je  reprends des évènements bouleversants de vies et je les laissent faire leur travail dans mon imaginaire. Il y a une sorte de transposition des émotions ou des situations vers ma propre biographie.

Mon travail cherche à poser des questions qui dépassent l’autobiographie. C’est comment matérialiser l’absence ? Comment donner un sens universel à un parcours humain singulier par une iconographie personnelle libérée de l’espace-temps ? Ainsi dans son côté matérielle ou visible, le travail est lié à des pratiques plastiques classiques et des rituels ancestraux précis. Tandis que sa part immatérielle se nourrissait de ma propre mémoire, de la mémoire des êtres dont nous sommes issus et de celle des êtres que nous côtoyons. Chaque pièce peut être vue individuellement ou bien elle s’intègre dans un continuum.

 

En relisant nos vies dans une quête de sens, Transbiographie place le « Je » au centre, ouvre un dialogue avec « l’autre » et tente de restituer chacun dans sa propre place. En livrant ma propre parole je provoque la parole d’autrui, comme si l’autre se mettait nu face à son destin.

Dans mon travail, je mets en œuvre des matériaux aussi divers que la vidéo, le son, l’écriture, les archives familiales ou les documents photographies amateurs, la peinture, la gravure et l’Urushi (L’Urishi est un terme japonais. (L’Urishi est un terme japonais. Il est le principal médium que j’utilise pour réaliser certaine de mes œuvres. Il est obtenu en récoltant le liquide qui s’écoule des scarifications pratiquées sur le tronc et les branches de rhus vernicifera, arbre de Chine, d’Asie du Sud-Est et du Japon.)

J’ai par ailleurs réalisé plusieurs installations et des créations spécifiques conçues pour être exposées dans des lieux patrimoniaux à fortes connotations historiques et spirituelles, en proposant une lecture Transhistorique. Comme par exemple le musée de La Rochelle, Saint-Pierre-aux -Nonnains de metz, les Cordeliers de Châteauroux, le Musée de Coutances…

Feuilles du Temps
Regards aux Alantours
Sakebi et Gymnopédies